Déclaration de Jérémy Bacchi : Licenciement de Martin Serre

Déclaration de Jérémy Bacchi : Licenciement de Martin Serre

Jérémy Bacchi

Secrétaire départemental PCF 13

Nous le savions, mais le scandale qui frappe une des très grandes entreprises françaises, RTE, nous le confirme. La France en marche est une France en arrière toute. Un jeune salarié de 24 ans, Martin Serre, riche d’un diplôme BTS maintenance industrielle, a été licencié pour une cause insupportable en ce début de XXIe siècle. Employé à Marseille au pôle dispatching, il est rejeté de ce fleuron industriel en raison de son handicap. Certes, la direction n’a pas la franchise d’utiliser publiquement ce prétexte honteux. Elle met en avant des erreurs et des lenteurs dans le temps d’assimilation des consignes. Un piteux langage administratif qui ne masque pas la volonté de cette direction de se débarrasser à tout prix de Martin. Parmi les milliers de salariés, est-il le seul a parfois se tromper? Bien sûr que non, mais Martin est handicapé!

C’est d’autant plus odieux que RTE se vante de sa politique en faveur des personnels en situation de handicap et se glorifie de son « objectif prioritaire, l’inclusion ».

Ajoutons que si RTE est, pour l’heure, en mesure de parvenir à ses fins, elle est largement aidée par les récents textes législatifs qui ont laminé le code du travail, la loi El Khomri et les ordonnances Macron. Désormais, une soi-disant inaptitude au travail peut permettre à l’entreprise de ne proposer aucun reclassement interne au salarié concerné. Un « privilège » accordé à l’employeur qui fait fi des réalités de l’entreprise. Comme le souligne le syndicat CGT, il est tout à fait possible de proposer à Martin un reclassement correspondant à ses compétences.

Face à ce licenciement indigne, j’apporte mon total soutien et ma pleine solidarité à Martin Serre et je suis aux côtés de tous ceux qui agissent pour son maintien dans RTE.

Communiqué – Soutien aux agents de l’énergie en lutte

Communiqué – Soutien aux agents de l’énergie en lutte

Les Communistes, agents actifs et inactif des Industries Électrique et Gazière, se sont réunis lundi 11 juin 2018 à la Fédération des Bouches du Rhône du PCF, en présence de son secrétaire départemental, Jérémy Bacchi, pour débattre des enjeux énergétiques du 21éme siècle.

Ils adressent un salut Fraternel à tous les Agents en lutte dans les sites de travail de GRDF et d’Enedis des Bouches du Rhône et des autres départements.

L’énergie est un élément essentiel du développement humain et économique dans notre société. Sans énergie, pas d’industrie et pas d’emploi.

Le bilan de la déréglementation, engagé au début des années 2000, est affligeant :

  • Le prix régulé de l’électricité a augmenté de 30%, celui du Gaz de 75%. De nouveaux commercialisateurs proposent des tarifs, souvent incomparable entre eux et fluctuant au gré des marchés. La concurrence revendique une augmentation supplémentaire d’au moins 30% pour que le marché devienne rentable pour eux. Le médiateur de la république dénonce l’augmentation très importante des abus commerciaux des nouveaux fournisseurs, sur les contrats de Gaz et d’Électricité et sur les fausses bonnes idées du Renouvelable chez le particulier.
  • Les Dividendes moyens remontés aux actionnaires d’EDF et de Engie depuis l’ouverture du capital en 2004 est de 5.41 Milliards d’€ par an, pour un Total de 64 Milliards d’€ payés par les suppressions d’emploi et par les Usagers, alors que le nombre de personnes en précarité énergétique est de 13 Millions (6 millions de foyers).

La concurrence n’est pas la réponse aux attentes des consommateurs. Le Service Public que vous défendez permet la maîtrise des prix, il est garant de l’intérêt Général avant l’intérêt financier.

Parce que les Services Publics sont la richesse de ceux qui n’en ont pas, qu’ils contribuent à la cohésion sociale et sont un élément de l’égalité dans notre société, votre lutte est une lutte de classe pour une société humaine modernisée et plus juste.
Soyez assuré de notre soutien à votre lutte et de notre engagement dans le débat national qui doit impérativement se mener sur une politique énergétique moderne et répondant aux enjeux de notre société.

L’énergie est un élément de base du développement humain. Elle est aujourd’hui un produit de première nécessité comme l’air et l’eau. Sans le droit à l’énergie, il n’y a pas de droit d’accès à l’eau, à l’éducation, à la santé, aux télécommunications, à la culture…

Le droit à l’énergie doit devenir un droit universel, L’énergie c’est la vie.