Pierre Dharréville

Député de la 13ème Ciconscription des Bouches-du-Rhône

Pierre Dharréville

Avenir de Presstalis : question orale sans débat de Pierre Dharréville

10/06/20 | Élu·e·s, Parlementaires

Lors de la séance de questions orale sans débat, Pierre Dharréville a interrogé le ministre de la culture sur la crise de la presse et ses conséquences sur l’ensemble de la filière.

 
Extraits de son intervention :
 
« La crise de la presse est sévère. Elle affecte l’ensemble des acteurs de la filière et le gouvernement doit agir car le pluralisme et la liberté de la presse sont indispensables à notre démocratie. Il ne peut y avoir de démocratie ni pluralisme véritable sans que les journaux soient disponibles sur l’ensemble du territoire. Or, Presstalis est fragilisée et dépouillée de ses filières assurant la distribution de niveau 2, liquidées purement et simplement le 15 mai, laissant plus de 500 salariés sur le carreau avec des territoires entiers et des kiosquiers sans journaux tandis que d’autres sont achalandés avec des solutions bricolées. La mutualisation qui était un bien précieux est agonisante en raison notamment de différends sur la gestion de flux financiers, de décisions organisant la concurrence et de la tentation du dumping.
Il est temps que l’État s’impose pour contribuer l’intérêt général. C’est une question de santé pour la République !
Il est urgent de refuser le glissement de l’information dans le champs d’un marché sans règles et sans horizon.
Il faut, au contraire, agir pour garder un écosystème mutuel et solidaire indispensable tant économiquement, qu’écologiquement, socialement et démocratiquement parlant.
La proposition d’une société coopérative d’intérêt collectif pour la gestion du niveau 2 est sur la table.
Que comptez-vous faire face à cette proposition ou plutôt avec cette proposition ?
Que comptez-vous faire également en terme de solution d’urgence car il y depuis plusieurs semaines des territoires qui sont dépourvus de ce service indispensable ?
Il est temps que l’État s’impose pour contribuer l’intérêt général. C’est une question de santé pour la République !
Il est urgent de refuser le glissement de l’information dans le champs d’un marché sans règles et sans horizon.
Il faut, au contraire, agir pour garder un écosystème mutuel et solidaire indispensable tant économiquement, qu’écologiquement, socialement et démocratiquement parlant.
La proposition d’une société coopérative d’intérêt collectif pour la gestion du niveau 2 est sur la table.
Que comptez-vous faire face à cette proposition ou plutôt avec cette proposition ?
Que comptez-vous faire également en terme de solution d’urgence car il y depuis plusieurs semaines des territoires qui sont dépourvus de ce service indispensable ?
Et que prévoyez-vous pour soutenir plus généralement l’ensemble de la filière, des éditeurs aux marchands de journaux ?« 
 
Le lien vers l’intégralité de la question et la réponse du ministre : 1ère séance : Questions orales sans débat