On ne tire pas sur les ambulances !

31/03/20 | A la une, PCF 13

Jérémy Bacchi

Secrétaire départemental PCF 13

Voilà une maxime que je partage pleinement. Oui, mais voilà.

Depuis plusieurs années, ce gouvernement et les gouvernements précédents attaquent sans répit notre système de santé et de protection sociale. Assèchement des ressources de la sécurité sociale, multiplication des fermetures de lits dans les hôpitaux, fusions d’hôpitaux au nom d’une soit disant mutualisation, effectifs insuffisants, personnels épuisés et sans moyen… Le gouvernement lui n’hésite pas à tirer sur l’ambulance et sur l’hôpital, et il le fait au bazooka depuis trop longtemps.

En 2018, nous lancions, avec les communistes des Bouches-du-Rhône, une grande campagne intitulée « de l’argent pour l’hôpital, pas pour le capital » dénonçant les fermetures de lits à l’AP-HM et la nécessité de l’embauche de 1 000 personnes supplémentaires. Nous mettions alors en garde contre le risque de surcharge hospitalière en cas de situation sanitaire préoccupante.

Les tenants de l’ordre établit nous riaient alors au nez, en nous traitant d’archaïques, de dépassés, en nous disant que l’heure était à l’ambulatoire et que nous n’avions plus besoin d’autant de lits d’hôpitaux, que la modernité s’accompagnait nécessairement de réduction des coûts, comme si on mesurait la vie d’hommes et de femmes en terme de coût.

Deux ans plus tard, voilà le résultat, leur « modernité » c’est la mort. La mort de milliers d’hommes et de femmes. Leur « modernité », c’est voir des médecins devoir choisir qui sauver entre deux patients faute de places et de moyens, leur « modernité », c’est des dizaines de milliers de familles qui vivent la boule au ventre ne sachant pas si elles vont pouvoir être soignées en cas de contamination.

Comble du cynisme, ce sont les mêmes qui ont contribué à tout détruire qui appellent aujourd’hui à l’unité nationale derrière eux, comme pour laver leurs consciences de tous les choix qu’ils ont adoptés depuis tant d’années au nom de leur dogme capitaliste.

Alors je sais, que l’heure n’est pas au règlement de comptes. Toute mon action, et celle des communistes est tournée en direction de celles et ceux qui luttent au prix de leurs vies contre ce fléau. Qu’elles et qu’ils soient personnels soignants, travailleurs sociaux, gaziers ou électriciens, agriculteurs…je leur suis infiniment reconnaissant et elles et ils pourront compter sur la solidarité sans faille des communistes.

Mais l’heure des comptes viendra, et à ce moment-là, la question  que nous devrons nous poser toutes et tous, et de savoir dans quelle société nous voulons vivre. Une société où le capitalisme continue de régner en maître absolu au détriment de millions d’hommes et de femmes pour assouvir son appétit vorace, ou si au contraire fort de cette expérience, nous bâtirons les contours d’une société plus juste, plus humaine et plus solidaire où la protection de chacun rimera avec la protection de tous.

Comme nos aînés l’ont fait durant la seconde guerre mondiale en créant le Conseil National de la Résistance, c’est au cœur de l’obscurité que nous devons faire jaillir la lumière. C’est aujourd’hui que nous construirons demain.