Lancement du Grand inventaire des biens communs

3/04/20 | Élu·e·s, Parlementaires

Pierre Dharréville

Député de la 13ème Ciconscription des Bouches-du-Rhône

Pierre Dharréville

Biens communs : faisons l’inventaire !
Pierre Dharréville lance un appel

Mûrie depuis de nombreux mois, cette initiative propose aux habitantes et aux habitants de la circonscription d’écrire en commun « le grand inventaire des biens communs ». Dans cette période de questionnements, j’ai pensé que c’était le moment de la lancer. Il s’agit d’une initiative au long cours qui sera animée par un jury citoyen composé de personnes d’horizons divers rencontrés au fil du temps sur le terrain. Pour participer, on peut se rendre sur le site Internet pierredharreville.fr et formuler des propositions. Vous trouverez ici l’appel qui indique le sens de cette initiative et en donne le coup d’envoi.

Qu’avons-nous en commun ? D’être humains. D’habiter la Terre. Et tant de choses que porte la Terre et tant de choses portées par les humains. Qu’avons-nous en commun ? D’être à égalité sociétaires du genre humain, liés et reliés et c’est bien là le sel de nos vies. Et d’être investis de responsabilités mutuelles et de disposer ensemble de biens communs.
Mais nous sommes à l’ère de la privatisation du monde, de la marchandisation de tout, de l’accaparement insensé des avoirs et des pouvoirs par quelques uns. Cette course en avant défait nos liens, casse nos outils, abîme l’humain et la planète. 
A chaque crise, nous redécouvrons les vertus essentielles de ce qui a été dégradé depuis la précédente. Celle du coronavirus n’échappe pas à la règle : qu’est-il arrivé à notre hôpital public ? Et à tant d’autres choses. Pouvons-nous toujours plus nous en remettre à la loi du marché, à la loi du plus fort ? 
C’est une longue histoire que celle des “communs”, celle du partage et de la coopération. Le premier de ces biens communs à venir à l’esprit, c’est peut-être la planète. Et par les temps qui courent, évidemment la santé. De ma fenêtre, j’y inscris l’air que l’on respire, puis j’ajoute notre étang de Berre. Depuis le square en bas de la cité jusqu’à l’eau si précieuse, il y en a une myriade à protéger, à promouvoir, à conquérir. Disons ce à quoi nous tenons. Je vous propose ensemble d’en faire le grand inventaire vu d’ici !