La crise sanitaire est aussi une crise éducative !

19/10/20 | PCF 13

Après six mois sans école : une rentrée non préparée, une école publique délaissée, des inégalités scolaires amplifiées

•  Un protocole sanitaire peu protecteur, flou, variable et souvent inapplicable.
•  Un choix de l’Etat de se défausser sur les collectivités territoriales et les familles.
•  Aucun accompagnement des élèves pour un retour réussi à l’école ; aucun dispositif prévu pour réintégrer les décrocheurs du confinement.
•  Un recrutement insuffisant, pas de moyen supplémentaire pour du travail en petits groupes.
•  Aucun aménagement, dans la durée des programmes et des pratiques.
•  Le maintien d’évaluations nationales standardisées massivement jugées inadaptées et inutiles.

Un projet politique servi par la crise sanitaire

« Des milliards pour les entreprises qui licencient, rien pour l’Éducation »

La non-préparation de cette rentrée pousse les familles qui ont le choix vers l’enseignement privé, tandis que le risque de déscolarisation des élèves les plus éloignés de l’école est réel. Le service public d’éducation nationale risque de devenir un service minimal pour ceux qui n’ont pas d’autre choix : une école réduite aux « fondamentaux » (français, maths) et un enseignement artistique, culturel et sportif externalisé. Une vraie « vente à la découpe de l’école public », souligne le coprésident de la Fédération des Conseils de Parents d’Élèves (FCPE).

C’est la stratégie du choc : le gouvernement prend prétexte de la crise sanitaire pour en finir avec l’ambition d’une école commune à toutes les classes sociales.

Les propositions du PCF : un plan d’urgence pour l’Éducation

Au contraire, la crise sanitaire que nous traversons, la crise économique qui arrive, rendent plus urgent que jamais le renforcement du service public national d’éducation pour donner à tous les futurs citoyens une culture commune ambitieuse, les rendre capables d’affronter ensemble les défis de l’avenir. Notre éducation a besoin d’un plan d’urgence, pour que tous les enfants puissent aller à l’école dans de bonnes conditions sanitaires et pédagogiques.

•  Recrutement massif de personnels enseignants pour réduire les effectifs et assurer un réel retour à la scolarité de tous les élèves
•  Aménagement des programmes pour rattraper ce qui n’a pas été fait pendant ces derniers mois
•  Plan national de rénovation et d’équipement des bâtiments scolaires et plan de soutien aux collectivités
•  Gratuité des masques et reconstruction d’une médecine scolaire de qualité

Retrouvez notre plan d’urgence pour l’éducation sur notre site internet et sur les réseaux sociaux : http://reseau-ecole.pcf.fr/

Le Parti Communiste Français se bat pour placer l’Humain avant les logiques du profit. Cela veut dire entre autres : de meilleures écoles, de meilleurs services publics, plus de justice sociale et de droits pour les travailleurs.

L’école : enfin une priorité de la ville de Marseille !

Le Printemps Marseillais et ses élu-e-s n’ont pas perdu de temps. Dès juillet, des mesures d’urgence pour l’école ont été mises en œuvre cet été avec un budget supplémentaire de 30 millions d’€. La volonté de travailler avec les enseignants, le personnel, les parents a été affirmée avec force par Michelle Rubirola.

Il faudra du temps et de la détermination à nos élu-e-s pour rattraper les retards et répondre aux besoins des 470 écoles et 80 000 élèves du primaire.

Les interventions et les mobilisations des enseignants, des personnels et des parents d’élèves, ont été essentielles pour la défense de nos écoles délaissées pendant des années, Elles demeurent indispensables pour contribuer à redonner à l’école publique toute la place et la qualité qu’elle mérite dans notre ville !