Intervention de Marion Honde-Amiar au conseil d’arrondissement 13e et 14e

par 29/03/19Élu·e·s, Élu·e·s Locaux0 commentaires

Marion Honde-Amiar

Conseillère d’arrondissement PCF des 13ème et 14ème de Marseille

Madame la Maire, Chers et chères Collègues,

Nous voterons ce rapport. Mais permettez-moi quelques rappels et remarques.

En premier lieu, nous pensons que cette étude arrive un peu tard et c’est l’aveu que peu a été fait jusqu’à aujourd’hui pour la principale compétence obligatoire de la Ville.

Il aura fallu un drame pour que la majorité municipale prenne en compte les conditions d’accueil et de travail des élèves marseillais. Depuis des années, les élus communistes demandent un plan pluriannuel d’investissement pour les écoles publiques.

Ce rapport est plus à mettre sur le compte de la mobilisation citoyenne contre le PPP. Oui nous nous félicitons de la vitalité citoyenne qui marque un tournant dans la gestion municipale de notre ville.  Les marseillais sont plus de 14 000 à avoir signé la pétition pour l’abandon du PPP et pour un grand plan de rénovation. Nous avons modestement contribué à la réussite de cette pétition.

Par contre si ce rapport marque une avancée, nous n’avons aucune indication sur le commencement de cette étude et comment va-t-elle être réalisée ? Il ne faudrait pas que ce soit juste un effet d’annonce. Nous savons ici dans ce secteur les écoles en souffrance qui doivent bénéficier d’investissements importants et dans l’urgence.

Nous resterons vigilants et mobilisés avec l’ensemble de la communauté éducative, des parents d’élèves pour cette étude aboutissent à une véritable rénovation des écoles publiques à Marseille.

Depuis des décennies notre ville a abandonné ses écoles et donc ses enfants. Quelle est la place de l’enfant dans notre ville ? L’état de nos écoles est-il à la hauteur de la 2ème ville de France ?

Il faut que le bien-être des élèves marseillais devienne une priorité pour notre ville. Ils doivent apprendre dans de bonnes conditions dans des écoles propres, rénovés et modernes. Il faut du personnel municipal qualifié et en nombre suffisants. La mairie a trouvé de l’argent pour le PPP, elle doit en trouver pour assurer ses missions premières, assurer à nos enfants des bonnes conditions d’apprentissages ni dans le froid, ni avec les punaises de lits ou les rats, ni avec les toits qui s’effondrent.

Il n’est pas trop tard pour bien faire !