Élections municipales en Turquie

4/04/19 | A la une, PCF 13

Pour la première fois depuis seize ans, le dictateur Erdogan et son parti l’AKP viennent de subir un revers cinglant lors des élections municipales du 31 mars 2019. L’AKP a perdu les grandes villes du pays, Istanbul, dont Recep Tayyip Erdogan a été maire, la capitale Ankara, Ismir, Adana, Antalya.

La défaite est cuisante.

Le parti pro kurde HDP a largement contribué à cette défaite en ne présentant pas de candidats à l’Ouest de la Turquie afin d’éviter la dispersion des voix anti-Erdogan.

Au Kurdistan, malgré la répression continue et l’arrestation d’une soixantaine de militants et candidats à la veille des élections, le parti HDP a bien résisté. Il a remporté les élections dans huit villes, dont trois métropoles (Diyarbakir, Mardin et Van), et a placé ses listes en tête dans 45 districts. Une victoire éminemment politique lorsqu’on sait qu’après 2016 tous les maires des villes dirigées par le HDP ont été destitués et emprisonnés par le pouvoir et remplacés par des gouverneurs turcs.

Le gouvernement d’Erdogan subit sa première défaite, une échec de taille qui sera suivi d’autres, c’est une note d’espoir pour un avenir démocratique en Turquie.

Le Parti communiste des Bouches du Rhône se félicite des résultats des forces démocratiques et progressistes en Turquie. Il tient à assurer le HDP de tout son soutien.