Sélectionner une page

7 Décembre

André Remacle

03 avril 1910 – 15 juillet 1995

Cet homme de plume est né à l’aube des grands bouleversements de notre siècle, le 3 avril 1910 à Marseille. Fondateur de la « Marseillaise », résistant de la première heure, il a associé toute sa vie ses deux passions : la politique et l’écriture.

Dès son plus jeune âge, il baigne dans le milieu journalistique : son père, homme de presse, dirige l’un des principaux journaux locaux «Soleil». Aussi, sa voie semble toute tracée. Il devient journaliste. Il a vingt ans. Et le jeune André Remacle apprend le métier sur le tas.

Lors de son parcours politique, l’autre de ses passions, il rencontre des socialistes, comme Emilienne Tassot, ou des communistes, comme Gazagnaire ou Roux-Zola. Ces personnalités l’influencent dans ses choix. Il fait son entrée dans le combat politique alors que la France est en pleine débâcle.

Il adhère au PCF le 18 juin 1940. Durant quatre années la Résistance constitue son quotidien. Il rédige des tracts, participe à l’édition d’un petit journal «l’Etoile». Pour la cause, il reste à «Marseille matin», véritable couverture de ses activités clandestines. Le journal devient la boite à lettres de la section communiste, puis des FTP (Francs-tireurs et partisans). C’est donc tout naturellement qu’André Remacle joue un rôle de tout premier plan dans la libération de Marseille.

Il participe à la création du premier numéro légal de «l’Humanité» en août 1944. Dès lors sa collaboration avec la presse communiste est scellée. Rédacteur en chef de «Rouge Midi» et de «Midi soir», il revient par la suite à «la Marseillaise».

Mais ses activités ne l’empêchent pas d’écrire des romans, dont on dira qu’ils sont des «reflets des hantises de son époque et de sa ville, Marseille». Parmi ses recueils de poèmes et de romans les plus connus: «Le Temps de vivre» (Prix Populiste 1966); «la Calanque de Maldormé» (1971); «la Rue des trois soleils» (1975) et son dernier roman «la Pêche aux vers» (1995).