Sélectionner une page

31 Décembre

Naissance d’un parti révolutionnaire de type nouveau

Au XVIIIe congrès qui aura lieu à Tours est consacré à la question qui agite le Parti depuis le milieu de l’année précédente, l’acceptation ou non des 21 conditions imposées par le Komintern pour adhérer à la Troisième Internationale.  La motion Louis-Oscar Frossard (dit Ludovic-Oscar Frossard, secrétaire général de la S.F.I.O.) – Marcel Cachin (directeur de l’Humanité) propose une adhésion sans réserve à la Troisième Internationale Communiste créée en mars 1919 sous l’impulsion de Lénine et des révolutionnaires russes. C’est donc le 29 décembre 1920 que nait le PCF, lorsque la section française de l’Internationale communiste (SFIO), par 3 252 mandants sur 4 763, décide d’adhérer à l’Internationale communiste (IC).

Après une première année de stabilisation et d’organisation, le Congrès de Marseille doit marquer une nouvelle grande étape et être le début d’une année de travail intense et fécond, travail extérieur de conquête des grandes masses à notre idéal ; année de lutte aussi, de lutte de plus en plus acharnée contre le réformisme d’Amsterdam, de Londres, de Vienne et de Genève, contre les blocs bourgeois, national, ou des gauches ; lutte pour affaiblir et battre l’impérialisme le plus insolent et le plus criminel qui soit.

C’est dans ce Congrès que doivent se forger les armes et les outils pour ces batailles et ces labeurs. L’Internationale Communiste espère que Marseille sera une date plus importante encore que celle de Tours dans l’histoire du Parti.

Le Premier Congrès National du Parti Communiste-SFIC se déroule à Marseille du 25 au 29 décembre 1921 à la salle Lovy, au 146 Chemin des Chartreux. Il dénonce les tendances opportunistes et les conceptions du pacifisme petit-bourgeois. Les principales questions controversées concernent en premier lieu la question syndicale.

Une autre grande question concerne le mot d’ordre du « Front Unique Prolétarien », motion portée par Louis-Oscar Frossard- Boris Souvarine (intellectuel, membre du Comité Directeur) qui consiste à faire des propositions d’actions communes sur des objectifs limités aux autres organisations ouvrières, réformistes, syndicalistes, anarchistes, en d’autres termes « l’unité de tous les travailleurs désireux de combattre le capitalisme». Aller aux masses, il n’y a pas d’autres conditions au commencement d’une action positive révolutionnaire de la part du Parti.