Déclaration du PCF 13 suite aux résultats des élections européennes

27/05/19 | A la une, PCF 13

C’est avec beaucoup d’inquiétude que nous avons pris connaissance des rapports de force à l’issue du vote de dimanche. Dans le contexte d’une abstention qui reste forte, le Rassemblement national a été placé en tête du scrutin. Alors que depuis des mois s’exprime dans le pays une véritable contestation pour exiger plus de justice sociale et fiscale, plus d’égalité, près de 25% de nos concitoyennes et concitoyens ont estimé que le Rassemblement national pouvait incarner cette alternative au pouvoir en place (plus de 30% sur notre département). Nous considérons pour notre part, (comme d’ailleurs ses votes au parlement européen et au parlement français le démontrent) que le RN défend tout comme le parti présidentiel une orientation libérale en faveur des plus fortunés au détriment des travailleuses et des travailleurs, des jeunes et des retraités, en plus d’être un parti qui développe des idées racistes et xénophobes pour diviser.

Ce résultat acte aussi un échec de la stratégie d’Emmanuel Macron. Tout aura été fait par le chef de l’Etat pour créer les conditions d’un duel LERM / RN, duel qui était censé l’ériger en rempart contre l’extrême droite. Cette mise en scène a en réalité contribué à renforcer l’idée d’un vote RN comme alternative à la politique gouvernementale.

Si EELV progresse sensiblement, profitant à l’évidence des préoccupations de notre peuple, et singulièrement de sa jeunesse, sur les questions environnementales, les forces de gauche sortent de cette élection très divisées et globalement affaiblies. Concernant le score réalisé par le Parti communiste français et la liste conduite par Ian Brossat, nous ne pouvons qu’être déçus du résultat au regard de ce que laissait présager la campagne digne, dynamique, enthousiaste et humaine que nous avons menée. Une déception d’autant plus grande que le mode de scrutin choisi par le président de la République est une attaque en règle contre la démocratie. En effet, nous n’obtenons aucun député avec près de 600 000 voix, alors que dans le même temps le RN obtient 1 député par tranche de 200 000 voix.

Nous avons mené une campagne de proximité, au plus près des préoccupations des citoyennes et des citoyens, mais malheureusement force est de constater que nous n’avons pas été suffisamment entendus.

Malgré tout, nous considérons que le nouveau regard porté sur le PCF, l’intérêt manifesté à l’égard de ses propositions tout au long de cette campagne, sont des points d’appuis qui compteront pour l’avenir. Il s’agit pour nous d’un appel à continuer le combat pour plus de justice sociale et environnementale, et à l’intensifier. Il s’agit aussi d’une invitation à nous adresser de manière beaucoup plus forte et efficace à ces 50% d’abstentionnistes qui, elles et eux aspirent aussi à une politique de justice sociale.

Les semaines et les mois qui sont devant nous doivent servir, au renforcement de nos idées dans la société, à la reconstruction du Parti communiste français entamée avec cette campagne, mais aussi au nécessaire rassemblement des forces gauche et de progrès fortement divisées et affaiblies, ainsi que les forces citoyennes, sur des bases claires de justice et de transformation sociale. Il s’agira, dans le dialogue et le respect mutuel, sans volonté hégémonique de mettre en échec les politiques libérales portées par ce gouvernement, à commencer par la bataille pour défendre et améliorer notre système de retraite et d’ouvrir une nouvelle perspective d’espoir pour notre peuple.

La Fédération des Bouches-du-Rhône du Parti communiste français prendra en ce sens un certain nombre d’initiatives dans les jours et les semaines qui viennent, à commencer par notre fête fédérale, qui se déroulera le samedi 1er et le dimanche 2 juin au parc de Fabrégoules à Septèmes-les-Vallons, moment politique à la fois festif et combatif. Et comme le disait Lucie Aubrac « le verbe résister se conjugue toujours au présent ».