Déclaration du Groupe Métropole à Gauche suite aux annonces de E.Macron – Réponse aux questions posées par M.Vassal

7/10/21 | Élu·e·s, Élu·e·s Métropolitains

Marseille, le 4 octobre 2021

Madame la Présidente,
Les élu-e-es communistes et partenaires de la Métropole AIX-MARSEILLE-PROVENCE réuni-e-s dans le groupe MÉTROPOLE A  GAUCHE sont depuis toujours, défenseurs du Service Public, de la proximité et de la coopération intercommunale. Nous essayons, toujours dans la concertation et dans l’exercice de nos mandats respectifs, d’être force de proposition pour permettre des autonomies relatives aux différents territoires leur garantissant des marges de manœuvres et de fonctionnement.

La venue du Président de la République à Marseille est le signe évident du caractère exceptionnel de la situation de la deuxième ville de France. Si nous ne pouvons que partager les constats de la situation métropolitaine, les solutions proposées par Emmanuel Macron sont très loin de répondre aux enjeux.

Aux questions posées par votre courrier du 10 septembre dernier, vous demandez aux maires des 92 communes que composent notre institution de répondre à 3 questions majeures pour l’avenir de notre Métropole.

Ces questions étant éminemment politiques, nous pensons unanimement qu’il revient également aux groupes politique de s’exprimer à leurs sujets : Dans un premier temps et de façon plus générale sur la question de la Ville de Marseille et les conditions de l’aide de l’État, nous demandons que lui soit appliquée la solidarité nationale ce qui doit réellement être considérée comme une priorité. Les conditions voulues par le Président de la République ne nous semblent pas opportunes au vu du désengagement des derniers  exécutifs qui se sont succédé et des nombreuses inégalités rencontrées dans ce Territoire. La Ville de Marseille a besoin d’un engagement fort et sans conditions requises.

Dans ce contexte, la question de la gouvernance du CT1 pourrait être mise en débat : Madame la Présidente, comment Marseille, ville centre de notre Métropole, peut-elle réaliser ses projets et tenir ses engagements si elle ne peut avoir un regard décisionnaire et des possibilités d’actions d’utilité publique sur son conseil de Territoire ? De même, et afin de répondre à votre première question, notre groupe s’accorde à dire, sans nier l’existence du millefeuille territorial, que l’on ne peut pas supprimer cet étage de décision de proximité.

Nous nous opposons également à la suppression voire à la diminution des attributions de compensation en dehors, évidemment, des mouvements mécaniques liés aux transferts des compétences de proximité pour lesquels nous sommes évidemment favorables. Nous devons redonner à nos communes, premier échelon de proximité, les autonomies et les moyens d’exercer les compétences essentielles à la vie de nos populations impactant directement leurs quotidiens.

Vous l’aurez compris, Madame la Présidente, notre unique objectif, est de défendre et d’assurer la qualité du service public rendu. L’enjeu n’est pas de pointer du doigt le territoire voisin endetté ou la commune à qui on reverserait trop de compensation. Notre proposition est d’aller chercher de nouvelles recettes et les répartir de façon plus solidaire.

Par exemple, celles de mettre à contribution le monde économique qui, grâce au crédits d’impôts et autres exonérations de cotisations, voit sa contribution fiscale diminuée dans nos EPCI. Nous pensons donc qu’il peut bien supporter une remontée du partage des richesses pour améliorer l’accessibilité et l’attractivité métropolitaine.

Nous souhaitons une Métropole qui se veut de projets, plus solidaire en capacité de construire une dynamique de développement durable capable de faire reculer les inégalités sociales et territoriales. Dans ces conditions, nous restons à votre entière disposition pour travailler de manière constructive avec vous.

Pour le groupe MÉTROPOLE A GAUCHE
Yves MESNARD, Président du groupe

Partager l'article