Pierre Dharréville

Député de la 13ème Ciconscription des Bouches-du-Rhône

Pierre Dharréville

Communiqué de Pierre Dharréville suite à la visite de Bruno Le Maire à Arcelor Mittal Fos

26/03/21 | Élu·e·s, Parlementaires

​Une première victoire

Les annonces de monsieur le ministre de l’économie Bruno Le Maire concernant les aides financières importantes (15 millions d’euros) débloquées par l’Etat pour la décarbonation de la production d’acier sur le site d’ArcelorMittal sont un premier résultat des mobilisations des habitants, des salariés et de leurs organisations, avec les élus locaux, pour des investissements utiles à la transition industrielle. Depuis le début de la crise, j’ai redoublé de vigueur pour demander à l’Etat d’impulser une accélération de cette transition écologique et sociale. Cet engagement aurait pu permettre à l’Etat de prendre des participations dans le secteur stratégique de la sidérurgie pour suivre la mise en oeuvre de ses choix. De même que pour les conditions environnementales, il doit s’accompagner de conditions sociales claires. En la matière, je regrette que le gouvernement se contente d’espérer. Les engagements doivent être clairs. Par ailleurs, cela doit s’accompagner de mesures de protection pour renforcer la localisation de la production sidérurgique à l’échelle européenne.
Notre territoire pourrait être plus pionnier encore en développant plus fortement des dynamiques de mutualisation, sur la déconstruction navale ou sur l’hydrogène, par exemple. L’utilisation du fonds de relance doit faire l’objet d’un suivi et d’un contrôle à l’échelle nationale comme locale. Sur la zone, d’autres sites méritent des investissements en ce sens. Avec le souci de ne pas voir les crédits du fonds de relance servir à maintenir le niveau des dividendes des entreprises.
Même s’il reste du chemin à parcourir, les aménagements auxquels l’argent public va venir contribuer sur le site d’ArcelorMittal de Fos-sur-Mer, sont clairement une bonne nouvelle pour l’avenir du site, pour l’air de notre territoire et de la planète, pour la qualité de nos aciers que je ne veux pas bouder. Elle est bien le fruit de nos mobilisations et de notre attachement aux outils industriels, au respect du travail, de l’humain et de la planète.

Partager l'article