18€ le passage aux Urgences : une Honte !

30/10/20 | A la une, PCF 13

​Le « forfait » de 18€ pour chaque passage aux urgences sans hospitalisation entrera en vigueur le 1er Septembre 2021 et sera pris en charge par la mutuelle.

Les soins d’urgence devraient être tous pris en charge à 100% par la Sécurité Sociale, pour permettre l’accès aux soins à tous et toutes.
3 millions de français et de françaises n’ont pas de mutuelles, et avec la crise économique et sociale que nous traversons ce chiffre ne va faire qu’augmenter.

« Ce (nouveau) forfait est une mesure de simplification, pas d’économie », a plaidé le ministère de la Santé, nous n’en sommes pas du tout convaincus, pour nous : TOUS LES SOINS DOIVENT ÊTRE REMBOURSÉS !!!

Cette mesure s’ajoute à la gestion catastrophique du COVID par le gouvernement, qui démontre une nouvelle fois son incompétence et décide aujourd’hui de faire reposer l’effort financier sur les citoyens en sacrifiant le plus précaires, les femmes seules et les jeunes. Cette décision désastreuse est le résultat du triple échec de la politique sanitaire d’Emmanuel Macron : les masques, le dépistage, la gestion de la crise dans les hôpitaux et les Ehpad. Tout ça n’est dû qu’à des logiques marchandes de la santé et un manque cruel de moyens humains et financiers.

Dans nos villes et nos villages, notamment dans les quartiers populaires, nous sommes face à une véritable désertification médicale, les généralistes sont surchargés et se déplacent difficilement à domicile même pour les personnes âgées et les malades atteints de pathologies lourdes. Les médecins spécialistes et les professionnels manquent dans nos quartiers ce qui prive une population déjà fragilisée du droit à la santé et d’un accès aux soins de proximité.

Nous touchons du doigt un peu plus un système de santé à deux vitesses entre ceux qui ont de l’argent et qui peuvent se faire soigner et les plus précaires qui doivent renoncer aux soins par manque de moyens.

Cette attaque du système de santé, s’ajoute aux difficultés quotidiennes d’accès à nos droits. Une nouvelle fois ce sont encore les habitants des quartiers populaires qui vont être le plus durement touchés par cette mesure : où allons-nous nous faire soigner ?

Honte ! Honte à ce gouvernement ! Honte à Macron !

Nous exigeons :

  • Annulation de la dette et développement de l’hôpital public.
  • Développement dans tout le département d’un véritable service public hospitalier.
  • À Marseille et dans le département : développer un plan de maillage territorial comprenant l’hôpital public, des médecins généralistes, des spécialistes, des centres mutualistes, des centres de santé, afin de garantir à tous et toutes l’accès au soin.
  • Création de centre médicaux pluridisciplinaires pour augmenter l’offre de soin de proximité dans le cadre du service public.
  • Tous les soins remboursés à 100% par l’assurance maladie.