Communiqué de Jérémy Bacchi, McDo St Barthélemy

7/08/18 | A la une, PCF 13

Jérémy Bacchi

Secrétaire départemental PCF 13

Les Mc Do de St Barthelemy ont été victimes d’agressions inqualifiables avant hier dimanche, alors qu’ils étaient sur leur lieu de travail par des hommes disant agir pour le futur repreneur.

Ces faits sont très graves. Je les ai dénoncé dans un communiqué le 6 août (à lire plus bas).

Mardi 7 août, 20h00, ces salariés que j’ai rencontré et que nous avons déjà soutenu dans leur lutte, comptent particulièrement sur nous pour être présents à leurs côtés sur le site du Mc Do 214 Chemin de Sainte-Marthe, Marseille (14e) afin de montrer que les intimidations n’ont aucun effet.

J’appelle à la mobilisation des communistes.

Je viens d’apprendre que les salariés en lutte du Mc Donald de St Barthelemy ont été victimes d’agressions inqualifiables hier dimanche 5 août dans la soirée.
Ces derniers luttent depuis plusieurs semaines maintenant pour mettre en échec le projet de cession de six Mc Donald, dont le leur, promis à un projet de reprise opaque. Ces salariés, par l’intermédiaire de leur avocat notamment, n’ont eu de cesse d’alerter sur le caractère « louche », pour ne pas dire plus, de l’offre de reprise.
Hier soir, des hommes disant agir pour le futur repreneur, ont fait irruption dans l’enceinte du Mc Donald, et ont violemment agressé 9 salariés (agression qui a entrainé des ITT). C’est avec la plus grande fermeté que je condamne cet acte de violence et apporte tout mon soutien aux salariés qui se battent pour défendre leurs emplois.
Ces pratiques d’un autre temps n’ont pas lieu d’être, à moins que l’affaire Benalla-Macron, n’ait donné des ailes à certains.
J’appelle les autorités à faire la lumière sur ces faits d’une grande gravité pour que soient punis les auteurs et les commanditaires.
Une chose est certaine, les communistes seront toujours du côté de ceux qui se battent pour l’emploi et l’avenir, contre leurs oppresseurs qui, lorsque leur violence économique est contestée, n’hésitent pas à recourir à la violence physique.

Dernière campagne